20 juillet 2011

Un film : le concert

Je remercie tout d abord "phare caché" qui m a envoyé cette vidéo.

Le titre de ce film est " le concert". L auteur est Radu Mihaileanu le même auteur que "train de vie". C'est en soi une référence...

Je vous met la scène de la répétition.... vous comprendrez facilement le contexte

 

Et puis il y a Le Concert aboutissement de toute l histoire du film...

 

 

puis la deuxième partie....

 

 Et oui, encore un film sur la tolérance...! Mais avouez que c'est une bien belle histoire...!

J'espere que vous passerez un bon moment....

Posté par Falby à 10:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


04 février 2011

Les tontons flingueurs, la grande scène

Les tontons flingeurs, une petite merveille.

Les dialogues de Michel Audiard  utilisent une langue fleurie et pleine de délicatesses...

On pourrait croire a de la poésie...

Un résumé : Pour protéger la fille et les intérêts d’un de ses amis défunts, un truand "à la retraite" est contraint de reprendre du service. 

 Ex-truand aujourd'hui rangé, Fernand Naudin dirige une usine de tracteurs et mène une vie paisible, jusqu'au jour où il reçoit un télégramme de Louis, alias "le Mexicain", un vieil ami qui l'appelle à son chevet. Avant de rendre son dernier soupir, Louis charge Fernand de mettre de l'ordre dans ses affaires et de s'occuper de Patricia, sa fille, qui n'a jamais rien su des coupables activités de son père. Fernand se replonge ainsi dans un univers qu'il connaît bien et, assisté du notaire du défunt, Maître Folage, ne tarde pas à se heurter à Raoul et Paul Volfoni, deux malfrats qui lorgnent sur les affaires du "Mexicain"...  

source :http://www.michelaudiard.com/accueil.htm

 


Réalisation : Georges Lautner

Scénario : Albert Simonin, d'après son roman Grisbi or Not Grisbi et Georges Lautner (non crédité)

 Dialogues : Michel Audiard

Quelques extraits des dialogues et vous comprendrez...



- C'est quand même marrant les évolutions, quand je l'ai connu le mexicain, il recrutait pas chez tonton !

- Vous savez ce que c'est : l’âge, l'éloignement. A la fin de sa vie, il s'était lancé sur le reclassement des légionnaires.
- Ah si c'est une œuvre, c'est autre chose !
L.Ventura


.Your room is ready, sir !

- Il veut dire que votre chambre est prête.
- Dites donc, il picole pas un peu, votre british ?
- Oh là là ! Et puis, il est pas plus british que vous et moi. C'est une découverte du mexicain.
- Il l'a trouvé où ?
- Ici. Il l'a même trouvé devant son coffre-fort. Il y a 17 ans de ça. Avant d'échouer devant l'argenterie, l'ami Jean avait fracturé la commode Louis XV. Le mexicain lui est tombé dessus juste au moment où l'artiste allait attaquer les
blindages au chalumeau.
- Je vois d'ici la petite scène.
- Vu ses principes, le patron ne pouvait pas le donner à la police, ni accepter de régler lui-même les dégats. Résultat : Jean est resté ici 3 mois au pair comme larbin pour régler la petite note. Et puis, la vocation lui est venue, le style
aussi, peut-être également la sagesse. Dans le fond, nourri, logé, blanchi, 2 costumes par an, pour un type qui passait la moitié
de sa vie en prison...
- Il a choisi la liberté, quoi.
 
R.Dalban/F.blanche/L.Ventura


- Le Mexicain l'avait achetée en viager à un procureur à la retraite. Après trois mois, l'accident bête. Une affaire.
V.Venantini


- Mais ces mecs-là n'auraient quand même pas la prétention d'engourdir le pognon de ma nièce, non ?

L. Ventura


- Patricia, mon petit, je ne voudrais pas te paraître vieux jeux et encore moins grossier...L'homme de la pampa parfois rude, reste toujours courtois... Mais la vérité m'oblige à te le dire: Ton Antoine commence à me les briser menu!

L.Ventura


- Non mais t'as déjà vu ça? En pleine paix. Y chante et puis crac, un bourre-pif! Mais il est complètement fou ce mec! Mais moi, les dingue j'les soigne. J'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère ! J'vais lui montrer qui c'est Raoûl. Aux quatre coins de Paris qu'on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Moi quand on m'en fait trop, j'correctionne plus, j'dynamite, j'disperse, j'ventile...
B. Blier


et un bout de la scene de la cuisine 

- Touche pas au Grizzby... salope !!!!
- D’l'alcool à cet âge là !
- Non mais c'est un scandale !
- Nous par contre on est des adultes,.. on pourrait peut être s'en faire un ptit !
- Maître Folasse ?
- Seulement le tout venant a été piraté par les mômes, alors qu'est ce qu'on fait, ...on s’risque sur l’bizarre, ...ça va rajeunir personne!
- Tiens vous avez sorti le vitriole !
- Pourquoi vous dites ça ?
- Ca a l'air honnête !
- Sans être franchement malhonnête, au premier abord, comme ça il a l'air assez curieux
- Y date du mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a du arrêter la fabrication, y a des clients qui devenaient aveugles, alors ça faisait des histoires !
- Faut reconnaître, c'est du brutal!
- Vous avez raison c'est du curieux !
- J'ai connu une Polonaise qu'en prenais au petit déjeuner ..., faut quand même admettre, c'est plutôt une boisson d'homme !
- Tu sais pas ce qu'il me rappel, cet espèce de drôlerie qu'on buvais dans une petite tôle de Biên Hoa pas très loin de Saigon,... les volets rouges, ... et la taulière, une blonde comme ac, ...comment qu'elle s'appelait déjà?
- Lulu la Nantaise !
- T'as connu ?
- J'y trouve un gout de pomme
- Y en a !
- Et c'est devant chez elle que Lucien le Cheval s'est fait dessouder
- Et par qui?
- Bah v’la que j'ai plus ma tête !
- Par teddy de Montréal, un fondu qui travaillait qu'à la dynamite
- Toute une époque ... !

F.Blanche/J.Lefebvre/ L/Ventura/B.Blier/R.Dalban

 

C'est bien ce que je disais... de la pure poésie...

 

Je vous conseille d'aller voir a cette adresse  , c'est un bonheur...

Posté par Falby à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]