09 juillet 2010

vieille chanson tzigane

Son titre peut être aussi "baba kocsi"

les paroles en hongrois:


Lassan kocsis, hogy a kocsi ne rázzon,
Hogy a babám gyönge szíve ne fájjon.
Nincs az úton, se patika, se gyógyszer, se orvos
Babám gyógyít, nem a katonaorvos.

Lassan kocsis, hogy a kocsi ne rázzon,
Hogy a babám gyönge szíve ne fájjon.
Nincs az úton, se patika, se gyógyszer, se orvos
Babám gyógyít, nem a katonaorvos.

Beteg vagyok, a szerelem betege.
Két fekete szemmel vagyok megverve.
Két fekete szemmel vagyok megverve, megverve;
Nem gyógyít meg csak a babám szerelme.

Lassan kocsis, hogy a kocsi ne rázzon,
Hogy a babám gyönge szíve ne fájjon.
Nincs az úton, se patika, se gyógyszer, se orvos
Babám gyógyít, nem a katonaorvos

Beteg vagyok, a szerelem betege.
Két fekete szemmel vagyok megverve.
Két fekete szemmel vagyok megverve, megverve;
Nem gyógyít meg csak a babám szerelme.

en français, ça donne ceci a peu près 

Conduis doucement pour que la voiture ne me secoue pas

Afin que le coeur de mon bébé ne souffre point

Car sur le chemin il n'y a ni docteur, ni pharmacien, ni remède

C est mon bébé qui guérit, pas le médecin militaire


 

Conduis doucement pour que la voiture ne me secoue pas

Afin que le coeur de mon bébé ne souffre point

Car sur le chemin il n'y a ni docteur, ni pharmacien, ni remède

C est mon bébé qui guérit, pas le médecin militaire

 

Je suis malade, malade d'amour

Je suis maudite par deux beaux yeux noirs

Par deux beaux yeux noirs je suis maudite maudite

Rien ne peut me guérir,que l amour de mon bébé


Conduis doucement pour que la voiture ne me secoue pas

Afin que le coeur de mon bébé ne souffre point

Car sur le chemin il n'y a ni docteur, ni pharmacien, ni remède

C est mon bébé qui guérit, pas le médecin militaire


 

Je suis malade, malade d'amour

Je suis maudite par deux beaux yeux noirs

Par deux beaux yeux noirs je suis maudite maudite

Rien ne peut me guérir,que l amour de mon bébé


 

Maintenant je vais vous raconter une jolie histoire.

Pour les Tzigane la musique est essentielle.

A tel point que les bébés sont élevés avec un air, une chanson douce suivant les familles cette chanson peut être différente, est ce une légende ou pas ...? on raconte que lorsque la mère a le ventre qui s'arrondis, le père de l enfant vient tout les jours avec son violon, jouer un morceau penché sur son future enfant.Plus tard ou qu il soit dans le monde, quelques soient les circonstances de sa vie, l'adulte qu'il deviendra, en entendant cette musique saura toujours d'ou il vient.

 

J étais a l hôpital, dans cet hôpital au même étage il y a une chambre pour les hommes puis une chambre pour les femmes. quand on n'est pas très en forme , pour passer le temps on écoute , les murs ne sont pas trés épais.... C est ainsi que j ai pu écouter et voir quelque chose de magnifique.

A coté de ma chambre était soigné un vieux tzigane, ( enfin quand je dis vieux, faut pas exagérer, a vue d oeil,il n avait que quelques années de plus que moi ) et ce jour la il était fou d impatience car allait venir lui rendre visite son premier attriere petit fils....

Ce monsieur, bien que malade avait la corpulence d une armoire bretonne a deux portes, c est vous dire qu il n avait rien d un gringalet, et s il était musicien il avait du sans doute travailler très dur pour apprendre a ses grosses mains les subtilités d un violon...

Enfin arrive le grand jour avec toute la famille et le bébé, et la j ai vu ce qu il y a de plus attendrissant.. ce tzigane, immense porter ce bébé tout neuf , le promener dans le couloir de l hôpital et lui faire écouter la version tzigane de baba kocsi  

C est sans doute pour cela que je garde un souvenir spécial attaché a cette chanson

Posté par Falby à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]